top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteursandra

Dispositifs nationaux d'aide et d'accompagnement

Se reconvertir : comment savoir si c’est fait pour vous ?


La reconversion professionnelle, beaucoup y pensent mais il est difficile d’envisager un tel changement sans soutien et conseil. Heureusement il existe des outils et plateformes pour aider les actifs ou les demandeurs d’emploi à se poser les bonnes questions.


Le CEP : le Conseil en Evolution Professionnelle


On peut considérer cet accompagnement comme la première étape d’un potentiel changement de carrière. Il permet d’établir, avec l’aide d’un conseiller habilité, un projet d’évolution professionnelle en plusieurs étapes :

  • Faire le point sur votre situation professionnelle et vos envies pour l’avenir

  • Identifier vos compétences et les comparer avec votre projet professionnel

  • Analyser la faisabilité de votre projet par rapport au marché de l’emploi

  • Identifier les étapes pour y arriver et réfléchir au financement de ce projet

  • Formaliser votre projet si vous souhaitez le réaliser et avoir les clés pour le mener à bien

Parfois, cet accompagnement vous montrera que vous n’avez pas besoin de vous reconvertir mais peut-être que vos envies de changement sont à chercher ailleurs : nouveau secteur, nouvelles responsabilités, ajout d’actions de bénévolat en plus de votre poste, etc.

Coût : gratuit

Public : très large

  • Salarié du secteur privé (y compris étudiant ou retraité) et salarié du secteur public uniquement sous contrat de droit privé

  • Travailleur indépendant

  • Artisan

  • Profession libérale

  • Auto-entrepreneur

  • Personne en recherche d'emploi

  • Personne sortie du système scolaire sans qualification ou diplôme

L’attribution de votre conseiller dépendra de votre statut car c’est votre situation qui détermine l’organisme qui pourra vous accompagner. Par exemple, les cadres passeront par l’Apec (Association Pour l'Emploi des Cadres) et les jeunes passeront par le Réseau des Missions Locales, etc.

Durée : entre 3 et 12h en 1 ou plusieurs rendez-vous

Renseignements : https://mon-cep.org/


Le bilan de compétences : l’étape incontournable du bilan de votre carrière


Si vous avez réalisé un CEP (Conseil en évolution professionnelle), l’étape d’après peut souvent être le bilan de compétences. Notez que vous n’êtes pas obligés de passer par le CEP pour faire un bilan de compétences.

Ce bilan a pour objectif d’analyser plus en profondeur les compétences acquises au cours d’une carrière (professionnelles ou personnelles) tout comme les aptitudes et les motivations. Ce bilan permet à la personne qui le réalise de faire le point sur ce qu’elle possède actuellement et ce qu’elle devra acquérir pour réaliser son ou ses projet(s) professionnel(s). Aussi, comme le précise le site du Gouvernement, il permet à la personne de mieux savoir “utiliser ses atouts comme instrument de négociation pour un emploi, une formation ou une évolution de carrière”.

Coût : payant (le financement peut se faire via le Compte Personnel de Formation (CPF) ou via votre entreprise si le projet est demandé et/ou validé par votre employeur)

Public : large

  • Salariés du secteur privé

  • Demandeurs d’emploi (Pôle emploi, APEC, Cap emploi)

  • Salariés du secteur public (fonctionnaires, agents non titulaires, contrat de droit privé…)

Durée : 24h en 3 phases


Le dispositif démissionnaire : pour se reconvertir ou reprendre / créer une entreprise


Ce dispositif s’adresse aux salariés en CDI qui ont un projet de reconversion professionnelle (avec formation associée) ou de création d’entreprise. Cela fonctionne aussi pour les reprises d’entreprise. Le projet en question doit déjà avoir été réfléchi est doit être en phase d’aboutissement.

Il s’agit finalement de la possibilité de percevoir des indemnités chômage dans le cas où vous démissionneriez pour réaliser votre projet. Attention, il faut avoir conscience que ces droits sont sous conditions et ne seront ouverts qu’après plusieurs étapes confirmant votre éligibilité (ancienneté, sérieux du projet…).

Dans ce cadre, l’accompagnement d’un CEP (Conseil en évolution professionnelle) est obligatoire pour vous aider à construire le projet que vous présenterez en commission.

Public : certains salariés en CDI

Renseignements et test d’éligibilité : https://demission-reconversion.gouv.fr/


Se former : trouver la bonne formation et la financer


Vous êtes décidé(e) ? Vous souhaitez vous former ? Après avoir réfléchi à votre projet, vérifier qu’il est cohérent par rapport à votre situation et au marché du travail, il est temps de réfléchir à son financement. Là encore, il existe des aides dont les 2 principales sont listées ci-dessous.


Le CPF : votre compte personnel de formation peut financer bien plus que des formations


Connu ces dernières années pour les fraudes et arnaques auxquelles il est associé, ne vous méprenez pas ! Il s’agit d’une véritable aide financière pour vous former tout au long de votre carrière. Beaucoup de salariés ne pensent pas à utiliser ce droit pourtant très utile pour de nombreuses formations, de tous types.

Notre conseil : passez toujours directement par le site officiel en suivant ce lien (ou via une recherche Google) : https://www.moncompteformation.gouv.fr/

Ce compte personnel se base sur un compteur que l’Etat alimente en € chaque année, durant toute la vie professionnelle d’un salarié. Cette somme peut servir à financer :

  • Des certifications

  • Des formations courtes ou longues

  • Des VAE (validation des acquis par l’expérience)

  • Des bilans de compétences

  • Des formations de création d’entreprise

  • Des cours de langue

  • Etc.

Chaque année travaillée correspond à :

  • 500€ pour les salariés (plafond à 5 000€)

  • 800€ pour les actifs en situation de handicap ou peu qualifiés (plafond à 8 000€)

Vous l’aurez compris, il existe des plafonds : alors utilisez ces sommes pour réenclencher vos prochains versements et améliorer vos compétences.

Public : tous les salariés

Renseignements et consultation de votre solde : https://www.moncompteformation.gouv.fr/


Le projet de transition professionnelle (PTP) remplace l’ancien CIF (congé individuel de formation)


Ce dispositif est dédié aux salariés qui souhaitent réaliser une formation pour se reconvertir en changeant de métier. Les formations en question sont obligatoirement des formations certifiantes pour le projet de reconversion que vous pourriez avoir.

En fait, il s’agit d’une façon particulière d’utiliser le CPF (Compte personnel de formation) qui permet au salarié, comme l’explique le site du Gouvernement de “bénéficier d’un droit à congé et d’un maintien de sa rémunération pendant la durée de l’action de formation”. La mobilisation du CPF pour votre projet est donc obligatoire pour prétendre obtenir ce dispositif.

Prenez bien en compte qu’il existe des critères d’éligibilité notamment autour de l’ancienneté. Aussi, il faudra suivre plusieurs étapes à réaliser auprès de votre employeur actuel.

Public : salariés du secteur privé (CDD et CDI), intérimaires et intermittents du spectacle (selon critères et priorités)


Se certifier : mettez en avant vos compétences et vos acquis


Il existe plusieurs dispositifs pour se former et financer ces formations mais il en existe aussi pour mettre en avant des compétences dans le domaine professionnel. Les outils disponibles sont des appuis pour prouver ces compétences dans vos futures expériences professionnelles.


Le Certificat CleA : 7 domaines de compétences fondamentales à faire reconnaître


Cette certification peut s’obtenir par les salariés et demandeurs d’emploi peu qualifiés ou qui ne sont pas diplômés. Elle est utile pour faire valoir leur maîtrise dans 7 domaines fondamentaux de compétences : communiquer en français, utiliser un ordinateur, travailler en équipe, apprendre à apprendre, travailler en autonomie, les bonnes pratiques (hygiène, sécurité, environnement), calculer et raisonner.

Ce certificat permet d’avoir une meilleure employabilité et pourquoi pas d’acquérir de nouvelles compétences parmi les 7 domaines cités si, lors des échanges avec votre conseiller, il est identifié que vous pourriez vous améliorer dans un domaine ou dans un autre.

Il ne s’agit pas d’un examen ou d’une épreuve ! Au contraire, l’idée est d’être utile et de vous donner les clés pour profiter de cette certification de la meilleure façon possible dans votre vie professionnelle.


La VAE : un dispositif qui “transforme” les expériences en diplômes


La VAE (Validation des acquis par l’expérience) est un dispositif extrêmement utile qui permet de transformer une (ou plusieurs) expérience(s) de terrain en diplômes, en titre ou un certificat de qualification professionnelle (obligatoirement inscrite au Répertoire national des certifications professionnelles - RNCP).

Il faut savoir que cette démarche a un principal avantage : une certification obtenue par VAE a exactement la même valeur que celle remise par une voie classique de formation.

Le principe : monter un dossier qui décrit votre expérience et demander la certification correspondante. Selon la certification demandée, vous serez :

  • Soit : mis(e) en situation professionnelle devant un jury

  • Soit : invité(e) à présenter votre dossier devant un jury

La demande peut, selon le résultat de votre passage, être refusée ou acceptée (totalement ou partiellement).

Le délai entre le début de votre démarche et la potentielle obtention de votre certification peut prendre 8 à 12 mois. Il est donc indispensable de bien travailler sur votre projet et sa définition avant de vous lancer dans l’aventure.

Public : tout le monde, à partir du moment où il y a 1 an d’expérience en rapport direct avec la certification envisagée


Quitter un emploi fragilisé ou s’assurer un avenir professionnel dans des métiers porteurs


Parfois, la vie professionnelle d’une personne peut être mise à l’épreuve et un emploi fragilisé. Lorsque cela arrive, il existe des dispositifs qui permettent d’aider les personnes concernées à rebondir, souvent en lien avec leur employeur actuel.


Le FNE Formation : pour s’adapter aux activités porteuses


Certains facteurs peuvent fragiliser un poste (mutations économiques, technologiques par exemple) et des salariés peuvent se retrouver en AP (activité partielle) ou APLD (activité partielle de longue durée).

Leurs employeurs peuvent alors déclencher le FNE Formation pour financer la formation de ces collaborateurs afin de faciliter la continuité de leur activité. Cela peut notamment leur permettre une mobilité interne vers un poste plus porteur.

Comme le précise le site du Gouvernement, “le parcours de formation doit permettre au salarié de développer des compétences et renforcer son employabilité, quel que soit le domaine concerné”.

Public : les entreprises pour leurs salariés en activité partielle ou activité partielle de longue durée (hors apprentis et contrats de professionnalisation)


Le dispositif TransCo : l’employeur aide ses salariés fragilisés à réaliser une mobilité externe


Il s’agit du même type de dispositif que “FNE Formation” mais plutôt orienté autour de la mobilité externe. C’est à l’employeur des salariés en situation fragilisée de mettre en place le dispositif et de le proposer à ses collaborateurs. N’hésitez pas à en parler avec votre employeur si le besoin se fait sentir : le dispositif est encore récent et n’est que peu connu des sociétés françaises.

Selon le site du Gouvernement, ce dispositif “favorise la mobilité professionnelle des salariés, en particulier intersectorielle, et les reconversions à l’échelle d’un territoire. Il permet aux salariés dont l’emploi est fragilisé de se reconvertir dans un cadre sécurisé vers un emploi porteur dans son bassin de vie”.

Les avantages :

  • pour les entreprises : prévenir les licenciements économiques et réduire les difficultés de recrutement

  • pour les salariés : se reconvertir dans des emplois porteurs

D’autres outils peuvent également être mobilisés dans le cadre de reconversion ou d’évolution professionnelle : plan de développement des compétences, Pro A (reconversion par alternance), Afest…

Pour les découvrir, n’hésitez pas à vous inscrire aux webinars de la plateforme territoriale d’appui aux transitions professionnelles Grand-Orly Seine Bièvre : “Les mercredis de l’évolution professionnelle”.


Merci à météojob pour cet article


Sandra

4 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Différentes aides

Quelles sont les aides accessibles en cas de maladie longue durée ? Les différents aides et prestations Ces aides visent à soutenir les personnes dans leur rétablissement et à atténuer l’impact financ

AAH

Vous êtes en situation de handicap et avez de faibles ressources ? L'allocation aux adultes handicapés (AAH) peut vous garantir un revenu minimal pour faire face aux dépenses du quotidien. Nous vous i

ALD

Les affections de longue durée (ALD) sont des maladies dont la gravité et la durée nécessitent un traitement prolongé, régulier et particulièrement coûteux. En quoi consistent les affections de longue

Comments


bottom of page