top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteursandra

Fatigue---> Burn-out


De la fatigue professionnelle au burn-out

De plus en plus de personnes me contact pour réaliser un bilan de compétences ou tout simplement parce qu'ils ne savent plus quoi faire.


Ce mal-être est présent de plus en plus dans notre société actuelle, mais c'est quoi un burn-out exactement?


Cet article trouvé sur le site https myhappyjob, l'explique parfaitement.


Lorsqu’elle s’accumule, la fatigue entraine un véritable mal-être professionnel. Pourtant, il est possible de renverser la tendance et même de retrouver ce qui nous fait avancer.

A titre liminaire, rappelons que nous passons un bon tiers de notre vie à dormir. Cela paraît considérable (“nous avons donc tout le temps de nous reposer” diront certains). Certes, mais il est important de préciser que nous passons, pour une très grande majorité d’entre nous, un tiers de notre vie d’adulte à travailler. Or, les exigences de performance (le stress et la rapidité inhérents à cette quête de performance), l’ennui au travail, le surmenage ou encore le harcèlement (sous toutes ses formes) sont des causes de fatigue dont la liste est infinie. Le hic, c’est qu’elles nous éloignent de la satisfaction que chacun devrait ressentir dans son propre travail. Sorte de bactéries nuisibles, voire toxiques, on aimerait largement s’en passer ! Mais la société d’aujourd’hui ne fonctionne pas comme ça. Accepter qu’un tiers de notre vie puisse être lié à une souffrance contaminant le peu de temps qu’il nous reste est assez alarmant…

Heureusement, cela ne signifie guère que tous les employés mécontents vivront un burn-out une fois dans leur vie. Bien souvent, s’ils vont consulter leur médecin pour une “simple fatigue”, un long chemin les séparera du burn-out, ce véritable incendie qui nous ravage de l’intérieur, nous consume jusqu’à la moëlle et nous laisse totalement KO…vidé.

Attention aux signes de souffrance

Cet état n’arrive évidemment pas d’un seul coup. Mais il est possible que la fatigue latente pointe le bout de son nez par répétition dans le temps, par des maux distincts de la fatigue elle-même (irritabilité, cynisme, désengagement ou hyperinvestissement au travail). Mais que se passe-t-il lorsque la souffrance se prolonge ? Insidieusement, on commence à perdre son énergie, sa motivation. Les tâches habituelles pèsent de plus en plus lourd, semblent de plus en plus difficiles, on se sent moins productif. On a l’impression de ne plus être au niveau. Les autres paraissent bien plus compétents, certains commencent même à nous agacer (op. cit.). Et tout cela nous fatigue tant, que le reste de notre vie en est affecté. On s’isole, au travail comme ailleurs, on saute des repas, on s’use à remplir des objectifs inatteignables. On se dit qu’un peu de repos ferait du bien. Des vacances prolongées, mais rien n’y fait : la batterie d’énergie est vide. H-S. On est en pleine mauvaise fatigue se transformant en syndrome d’épuisement professionnel. Alors faire quelques séances de yoga ou de pleine conscience au bureau, pourquoi pas… cela ne fait jamais de mal. Mais n’oublions pas les paroles de la journaliste Marie-Laure Delorme : “L’homme sollicité de tous les côtés prend le risque de ne plus se retirer en lui-même“.

Là, exactement là, est le risque de passer de la bonne fatigue, stimulante, motrice à son côté plus obscur : l’anéantissement de ce que l’on est et de ce que l’on aime (faire ou être). Tel que le disait François Mitterrand, “le tout-économie tend à faire de la vie l’annexe du travail.”

Retrouver l’essentiel

Renverser la tendance permettrait à bien des femmes et des hommes de ne pas se cramer en allant jusqu’au bout du bout. Autrement, il faut cultiver son jardin. Non pas avec l’idée première d’améliorer la société civile ou son entreprise, ce n’est pas toujours possible, mais plutôt de ranimer le cœur même de ce qui nous tient en mouvement, de raviver toute la vitalité qui nous relie au monde et qui s’estompe à force d’être abîmée. Car c’est souvent par là que tout commence. Dès que l’on retrouve sa place dans son monde, ses sources de plaisirs, ce qui nous a motivé longtemps et qu’on a perdu un temps, peut naître une possibilité de changement. En ce sens, la fatigue peut être salutaire puisqu’elle permet de faire un pas de côté et de répondre à la question primordiale suivante : qu’est-ce que je veux faire, vraiment ?



Alors ça vous parle .


À très vite


Sandra

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Différentes aides

Quelles sont les aides accessibles en cas de maladie longue durée ? Les différents aides et prestations Ces aides visent à soutenir les personnes dans leur rétablissement et à atténuer l’impact financ

AAH

Vous êtes en situation de handicap et avez de faibles ressources ? L'allocation aux adultes handicapés (AAH) peut vous garantir un revenu minimal pour faire face aux dépenses du quotidien. Nous vous i

ALD

Les affections de longue durée (ALD) sont des maladies dont la gravité et la durée nécessitent un traitement prolongé, régulier et particulièrement coûteux. En quoi consistent les affections de longue

Kommentare


bottom of page